· 

Dans les steppes d'un monde sous COVID

L'impossible voyage

Septembre 2020. A la recherche d'horizons lointains et d'une arrière-saison douce après un été caniculaire. Loin des foules, vers une destination vectrice de rêves. Où le temps se calque sur le pas du marcheur. Ce pays existe et fait l'objet de sujets exotiques réguliers dans les médias : la Mongolie !

Sont mis en avant des paysages de steppes, aux doux vallonnements, où paissent des troupeaux placides. Des lacs, des cascades et des rivières. Des bois en bosquets. Des peuples  agraires qui chassent et entretiennent des liens étroits avec la nature, des chevaux et des rapaces. Un certain folklore qui nous fait briller les yeux, pleins d'une envie d'ailleurs... surtout en ce moment !

Alors à environ 5 heures de voyage de la région parisienne, nous voilà embarqués plein d'espoir avec la seule crainte que cette langueur ne soit trop monotone. MAIS !


Mais, à quoi cela ressemble?

Nous avons quelque part dans nos mémoires et dans notre imaginaire des images de cette région régulièrement mise en valeur par les pages voyages des magazines ou des reportages filmés. Et tout est là. Ou presque.

Les distances estompent la précision des contours. La lumière de midi rend les contrastes plus diffus. Les ciels orageux dramatisent les paysages et l'on attend la trouée que percera les raies de lumière du soleil caché par les nuages tumultueux.

Tout parait loin. Le regard se perd sur cet horizon à 360 degrés. Seuls les détails accrochent l’œil, bosquet d'arbres, rochers ou pans de falaise , troupeaux qui paissent, noyés, minuscules, animalcules au milieu de ce rien couvert de steppes ondoyantes au vent.

 

Et dans les airs flottent, en chasse,  presque immobiles puis fuyant d'un trait, des rapaces, milan royal, faucon, buse,  jouant du vent toujours présent.

Parfois une faille éventre ces collines, canyon où serpente une rivière dégringolant d'une cascade.

Prairies d'un vert presque fluorescent et tourbières piquetées de bouquets de joncs. Les genêts parsèment cet univers que l'on imagine jaune d'or au printemps.

Ici on nous a dit la rigueur de l'hiver. Des histoires chuchotées racontent la mort de personnes s'étant perdues dans les nuages noyant la lande et le souffle du vent glacial : la burle.

là où il n'y a rien à voir tout devient lyrique.

Mais pourquoi là ?

Dans ces terres où croiser quelqu'un est déjà presque une aventure, marcher rythme le jour. Bien sûr le paysage ne varie que par petites touches, presque infiniment lentement, par des vibrations subtiles.

Ici tout se prête à la contemplation et à l'introspection. Et dans ces temps d'une vie sociale agitée, contraignante, presque hystérique, la solitude du marcheur est réconfortante. Cette déambulation, toujours pareille et toujours différente, au gré des sentiers ou des pâtures dans lesquelles les pieds disparaissent parmi les myrtilliers, nous évoque le récit de la traversée des Cévennes par R. Stevenson avec son âne.

J'imagine que la présence d'un animal de compagnie renforce le lien avec la nature . Ici le vivant paraît immobile mais vibrant. Nous croiserons un éleveur de chèvres à l'heure de la traite, près de sa yourte.

Certes nous trouverons des lieux de vie où l'humanité se concentre, se rassemble en une communauté. Comme dans ce monastère orthodoxe qui se découvre à peine au milieu d'un bouquet d'arbres. Là, six moniales vivent en communauté, en autarcie, cultivant leur potager et élevant leurs abeilles. Aux visiteurs de passage que nous sommes,  elles ouvrent leur lieu de culte et nous présentent leurs icônes peintes dans la tradition. Elles échangent avec nous avec grande simplicité et humanité. Quelle sérénité !

Si loin, si près

Bien sûr, nous avons parcouru cette Mongolie en ce mois de septembre 2020. Et ce voyage fût un bienfait. Tout ce que nous avions espéré s'est réalisé.

Maintenant il y a un "mais" . Mais ce fût la Mongolie française telle que ce territoire est surnommé. Et à juste titre.

Même qu'un esprit facétieux nous a glissé que là bas, à Oulan Bator dans la capitale de la Mongolie d'Asie, ils disent qu'ils vivent dans le Cézallier mongol tellement les paysages se ressemblent!

Oui nous étions dans le Cézallier !

Chez nous la région est inconnue de nom. Si l'on place dans la conversation que la ville la plus proche de ce plateau est Issoire cela précise un peu l'horizon pour certains . 

Pour la situer elle s'étend au sud depuis le Cantal et vers le nord jusqu'au Puy de Sancy.

Le Cézallier est un plateau volcanique d'environ 30 kilomètres de diamètre. Il serait un volcan érodé qui contiendrait de multiple cratères de volcans secondaires eux-mêmes érodés. Dans leurs cuvettes parfois un lac sommeille. Sur les bords de ce plateau, les villages se sont installés. Spécifiques de la région, ce sont les villages perchés.

 

Une terrain de jeu pour randonneurs

MERCI. Merci à tous ceux marcheurs, associations, office de tourisme qui ont œuvré à la mise en place des sentiers de randonnée et de leurs équipements.

Un des circuits les plus remarquables est celui des "vaches rouges" qui permet dans une double boucle en huit de réaliser le tour du Cézallier en environ 8 jours dans son ensemble ( de 75 à 135 kilomètres ).

Mais même en randonnant à la journée il ne se passera pas une fois où vous ne vous retrouverez pas sur une portion de ce dernier.

La boucle dite de Jassy se pratique en quelques heures depuis le village de la Godivelle. Elle permet d’appréhender au mieux cet espace infini de steppes ondoyantes couvrant des collines douces, parsemé de lacs, ouvrant des vallées où sinuent des couzes ( ruisseaux qui deviendront rivières en descendant du plateau). Elle passe par le mont Brion où, sur une esplanade, se tient un foirail occupé par des marchés aux bestiaux certains jours d'été.

Le signal du Luguet vous permettra de gravir en douceur le plus haut sommet du Cézallier.

Les amateurs de cascades se réjouiront au milieu de la vingtaine de cascades proposées sur Google maps. Nos préférées sont sans nul doute celle du Saillant et celle des Veyrines ( assez fréquentée car très facile d'accès ).

Enfin, un soir de journée ensoleillée, profiter des lumières dorées du soleil couchant depuis la statue de Notre Dame d'Ecir sur le mont Chabrut est un doux enchantement.

 

Tant que nous y sommes

Et puis alentour quelques richesses architecturales et points de vue permettent d’approfondir cette partie de l'Auvergne.

Les guides recommandent la visite de Montpeyroux. Nous avons visité le petit village de Blesle classé dans les plus beaux villages de France avec sa très belle église romane.

Le village perché de Dauzat sur Vodable offre un très beau point de vue avec son église sur un éperon rocheux. Un détour à Boudes, au milieu des vignes, permet une visite dans une curiosité géologique, la vallée des saints avec ses doigts de fées et ses coteaux de terres multicolores.

Une promenade du coté de Marcenat offre une belle vision de viaduc ferroviaire comme on peut également en voir en Ecosse vers une célèbre école de sorcier !

Enfin, à Issoire, la visite de l'abbatiale, permet de découvrir un chef d’œuvre de l'art roman.

 

Nous retiendrons également des rencontres avec des paysans et des maquignons matois, des cafetiers et des commerçants accueillants et enthousiastes. On partagera avec vous bien volontiers une discussion et un morceau de fromage ou de charcuterie.  Sur la route nous avons vu s'exprimer un humour auvergnat. Quant aux vaches salers et aubrac elles sont curieuses et sympathiques : en traversant leurs pâtures, elles ne manqueront pas de venir vous rencontrer !


Et en vidéo :

Pour planifier vos excursions l'application Cirkwi sur ordinateur et sur smartphone pour un suivi en temps réel.

Très large choix de randonnées avec temps estimé très bien évalué.

Nous avons beaucoup aimé notre logement à Ardes sur Couze et son hôtesse Michèle.

La maison du Centaure installée dans une ancienne boutique, elle offre un cadre original à la décoration régionale élégante. Pour une expérience subtile et bien située.


 

Et pour profiter de toutes les photos de notre séjour suivez- nous sur Flickr

Le Cézallier