Voyager, c'est s'ouvrir au monde

Ce que nous sommes

Un couple de presque 40 ans d'histoire et encore presque neuf.

Nadine,  retraitée, anime, après plus de trente années passées dans le transport aérien, une maison d'hôte dans l'Oise.

Jean-Luc l'aide dans son activité en double de son métier de pharmacien.

 

Comment tout a commencé

En juin 1982, avec notre fils de 2 ans 1/2 nous avions envie et besoin d'avoir une aventure rien qu'à nous. Après une reconnaissance l'automne précédent par Jean-Luc, en solo, des gorges du Verdon nous avions décidé de tenter la traversée par le fond du grand canyon du Verdon en autonomie. La durée avait été prévue pour 5 jours. Nous avions conçu que Nadine assisterait Cédric pendant la randonnée tandis que Jean-Luc se chargerait du sac contenant couchages, vêtements, ravitaillement et matériel. Cédric avait son petit sac avec Nono, l'ours en peluche et les couches pour la sécurité la nuit (nous n'avions pas prévu qu'il n'accepterait de marcher que durant 200 mètres en 5 jours !...) .

  Le fond du canyon est parcouru par un GR, appelé sentier Martel, jusqu'à un chaos rocheux dans lequel s'engouffre la rivière : le Styx. Au delà, c'est normalement le domaine des excursions en eaux vives. Nous l'avons cependant parcouru à pied avec la traversée de 17 gués dont une portion de 400 mètres où la rivière s'étale entre les falaises et devant être suivie à la nage.

Le matériel dut alors être prévu, et en partie conçu et fabriqué par nous-mêmes. Les porte-bébés n'existaient pas encore et le parcours à la nage nécessitait un radeau gonflable de transport pour Cédric.

Le minimum de prudence, au vu de la nature du projet et de la rivière, nous avait fait prévenir la gendarmerie locale de notre randonnée ( nous étions restés très discrets sur la composition du groupe... )

Une telle aventure, en famille, avec ses bivouacs à la belle étoile, bercés la nuit par le chant de la rivière fut parfois rude voire difficile mais tellement enthousiasmante.

Si vous, lecteurs, avez récemment réalisés cette randonnée où nous ne sommes pas retournés depuis, dites nous comment c'est maintenant.

 Les photos ont été réalisées sous formes de diapositives grâce à un appareil photo "amphibie" le Nikonos et numérisées (d'où leur aspect vintage !) .

Deux ans plus tard, après les profondeurs des gorges du Verdon  et parce que Cédric endurait la marche, nous avions un objectif de montagne. Ce fut le parc naturel du Mercantour et la vallée des merveilles en août 1984. Toujours sur 5 à 6 jours et en autonomie.

Après cette nouvelle grande randonnée la famille s'est agrandie et il nous fallut changer le mode de découverte de notre belle planète.

 

Ces aventures avec un enfant nécessitent une préparation rigoureuse mais sont au final extraordinaires. Elles tissent la toile d'un mode de vie très fort en plus des souvenirs. Nous nous rendons compte, aujourd'hui, à leur évocation, combien cette époque était Libre ! et insouciante...

Le principal est de vivre ses rêves.

 


Sentiers battus ou pas, il faut être curieux.

Nous proposerons de partager nos coups de cœur que nous soyons partis pour 3 jours ou pour trois semaines.

Ce qui nous guide c'est notre envie de humer l'air du temps, de déambuler en ville et d'être surpris par un détail, des bâtiments ou des personnes.

Mais une ville, un village ne sont qu'une partie du monde au milieu de terres et de paysages et surtout des personnes.

Et nos interactions humaines avec le Monde peuvent être néfastes ou positives.

Alors nous tenterons de vous convaincre d'aller voir par vous-même.

Pour ce faire les photos sont le miroir de nos émotions.

 

Un voyage c'est d'abord une initiation.

Un voyage cela se construit avec patience.

Un voyage cela ne peut se faire sur dernière-minute.com.

Le rêve est inhérent au voyage, avant pendant et après.

Nous prévoyons nos voyages au moins 6 mois à l'avance et même parfois à plus d'un an.

Il nous arrive de nous faire aider par des agences spécialisées, mais nous pouvons aussi partir d'une feuille presque blanche pour les construire.

Le net fourmille de renseignement mais les guides papiers sont également indispensables.

Nos sources s'appellent Google Map, Lonely Planet ou Guides Hachette mais aussi les blogs.

Quant au matériel photo mon sac peut peser 10 Kg ou se réduire à un bridge, parce que finalement ce n'est qu'un outil qui doit s'adapter.